Publié le 6 septembre 2006

Les lauréats du concours « On écrit une belle histoire » sont…

Pas facile de départager les gagnants du grand concours « On écrit une belle histoire ».

Toutes les classes qui ont participé en inventant la suite de l’aventure de ce coquin de Norbert ont rivalisé d’imagination ! Le jury a eu bien du mal à désigner les trois classes lauréates. Bravo à tous les participants ! Vous trouverez dans cet article les trois textes qui ont remporté la palme. Et  dans le numéro des Belles Histoires qui vient de paraître, la suite imaginée par les auteurs Claire Astolfi et Anne Wilsforf.


1er prix à la Classe de CE1 de madame Martin-Deshayes, à Rennes (35) :

Madame Agathe est couturière. Elle a cousu la magnifique robe blanche à paillettes de sa fille qui doit se marier.
Alors que la robe était complètement terminée, madame Agathe l’a pendue dans le salon. Pendant qu’elle et sa fille discutaient longuement au téléphone, Norbert a grignoté le bas de la superbe robe de mariée !

Mme Agathe a crié en revenant dans le salon : « Qui a mangé cette robe ? Des heures et des heures de travail ! » Elle a tourné la tête vers le jardin et a aperçu Norbert avec des paillettes sur les naseaux !!! J’ai entendu hurler : « Misérable poney, je te hais ! »
Entendre tout cela me faisait mal.

De colère, madame Agathe a vendu Norbert à son frère Léon qui est électricien.

Le jour même, Norbert est monté à l’arrière de la camionnette. Durant le trajet, il a joué avec le câble électrique et l’a mis dans sa bouche. Dès que Léon a ouvert la porte de sa camionnette, Norbert a pris ses jambes à son cou et s’est enfui en déroulant la bobine sur des kilomètres et des kilomètres !

Ma sœur et moi, nous avons entendu la colère de Léon. Il criait à tue-tête : « Chenapan de poney ! Gare à toi si je t’attrape ! »

Léon a suivi le câble pour le retrouver. Il est arrivé chez lui tout essouflé.

Epuisé, il a ignoré Norbert et s’est écroulé sur son canapé. Il a pris son journal pour se calmer. Soudain, à la page 4, il a vu une annonce : « Ecole du bonheur, recherche lots pour sa kermesse. Appeler le « 01-02-03-04-05 ».

En sautant de joie, Léon s’est écrié : « C’est l’occasion idéale de me débarrasser de ce bon à rien de Norbert ! ».

Le jour même, Léon a offert Norbert à l’école.

J’étais triste de tout ce qui arrivait à Norbert. Tout le monde le chassait.

Deux jours plus tard, mon voisin Jimmy est venu me vendre des tickets de tombola pour son école et je me suis précipité pour lui en acheter un. C’était Norbert le premier prix de la tombola !

Le jour de la kermesse, tous les enfants s’impatientaient, les yeux fixés sur Norbert.
Enfin, le directeur a proclamé les résultats du tirage.
Mon cœur battait très vite. Tout à coup, j’ai entendu mon nom. « Hourra, je suis l’heureux gagnant du premier prix. Norbert va revenir chez nous ! ».

Je n’imaginais pas la tête de mon père…



2ème prix à la Classe de CP de madame Faye-Thoumazeau, à Arsague (44) :

Madame Agathe est la maîtresse d’école du village. Quelques jours plus tard, on l’a entendue crier très fort : « Par tous les tableaux noirs ! Qu’est ce que tu as fait, Norbert ? J’avais préparé la copie au tableau pour les élèves et tu as tout effacé ! Et en plus, tu as mangé la boîte de craies ! »

« Oh la la », on a pensé, « Norbert va encore changer de maison ! »

En effet, le lendemain, on a vu Norbert dans la cour de La Belle Auberge, le restaurant de monsieur Omer. Trois jours après, on a entendu : « Mille Milliards de frites ! Qu’as-tu fait, Norbert ? Tu as renversé toutes les tables ! Tu as cassé la porcelaine et les verres en cristal ! Je suis fâché ! »

Le lendemain, monsieur Omer a vendu Norbert à madame Grobouton, la mercière. Peu de temps après, on a entendu des cris qui venaient de la mercerie. « Par tous les fils de couleurs ! Qu’est-ce que tu as fait, Norbert ? Tu as mâché les pelotes de laine ! Tu as tordu les aiguilles à tricoter. Tu as arraché tous les prix ! »

C’est ainsi que nous avons retrouvé Norbert dans notre cour : plus personne ne voulait le garder, il faisait trop de bêtises ! On lui a construit une très jolie écurie, on lui a mis du foin, de l’eau, on lui a porté des carottes et du pain. Et pour qu’il soit occupé et n’ait plus le temps de faire des bêtises, on lui a appris à trotter, à courir, et à sauter par-dessus les obstacles.

2eme prix


3ème prix à la Classe de GS1 de Mme Haessig, à l’école française d’Amsterdam :

Madame Agathe, c’est une dame qui a un restaurant. On va manger des fois dans ce restaurant et notre voisin Jimmy aussi. Madame Agathe elle a acheté Norbert parce qu’elle pensait qu’avec elle, il serait gentil et qu’il allait l’aider à faire la cuisine. Mais Norbert n’a pas été gentil. Il a mangé toutes les casseroles, toutes les fourchettes et tous les couteaux du restaurant. Et même, Norbert a mangé les manteaux de tous les gens qui étaient dans le restaurant. Et ça, Madame Agathe elle n’a pas aimé. Elle a crié :

« Ce n’est pas possible ! Je vais vendre ce poney à quelqu’un qui va lui apprendre a être sage, un policier ! »

Le policier de notre quartier, Monsieur Guillaume, a certainement accepté de s’occuper de Norbert parce qu’on l’a vu se promener sur le dos de Norbert. Mais Norbert, lui, n’avait pas l’air très content. Il a commencé à bouger et à sauter dans tous les sens, jusqu’à ce que… BADABOUM ! Monsieur Guillaume tombe.
On a bien rigolé derrière notre fenêtre, mais Monsieur Guillaume il ne rigolait pas. Il était tout rouge et ses cheveux étaient tout droits sur sa tête. Il a crié :

« Tu vas aller en prison Norbert, ça t’apprendra a être sage ! »

Norbert n’est pas resté longtemps dans la prison. Pendant la nuit, il a mangé les barreaux de la prison et il s’est échappé. Les policiers l’ont cherché partout mais ils ne l’ont pas trouvé.
Quelques jours plus tard, on a vu Norbert à la télé ! Il était en train de manger les pieds de la tour Eiffel à Paris, et la tour Eiffel commençait à bouger, à tellement bouger qu’elle a fini par tomber par terre. Les gens qui étaient dedans se sont fait mal, mais les ambulances les ont amenés à l’hôpital pour les soigner. A la télé, ils ont dit que tout était de la faute de Norbert. Ils l’ont emmené dans un gros camion de police et papa a éteint la télé.

On n’a plus entendu parler de Norbert pendant quelques jours mais un matin, on a vu Norbert dans le camion des poubelles. Il mangeait toutes les choses sales. C’est son travail maintenant.

Les monsieurs des poubelles avaient aussi vu Norbert à la télé et ont décidé de l’acheter. Et tout le monde est content de Norbert. Notre ville est vraiment propre, il n’y a plus de poubelles, et tout ça, grâce à Norbert. Il est vraiment super, Norbert, et plus personne ne dira que c’est un bon à rien…