Publié le 23 octobre 2009

Les gagnants du concours J’aime écrire 2016 sont…

Bravo à tous ceux et celles qui ont participé avec leur classe au grand concours “J’aime écrire”, organisé par J’aime lire. Ils ont été nombreux à imaginer une suite au début du roman “Bienvenue chez Vampirette” ! 

Découvrez la liste des classes gagnantes et les textes qui ont remporté les trois premiers prix…


1er prix
École élémentaire Raymond Queneau, classe de CM1B de monsieur Colleaux, Montrouge (92).

Vampirette arriva en claquant des doigts. Toute ma chambre était en désordre. Il y avait une odeur de moisi. Vampirette, en sortant du placard me dit :

– Salut, ça brume. Une chauve-souris, c’est vipère, euhhh, super ! Pourquoi tu n’en veux pas une ?
– Parce que cela a l’air dégoûtant.
– Bon, fini de bavarder. On y va ?

Vampirette m’enroula dans sa cape, claqua des doigts et nous arrivâmes dans sa chambre. Une fois arrivées dans l’armoire de Vampirette, elle me dit :

– Allons chez Draculine, elle a des chauves-souris, tu pourras en moisir une et elle t’expliquera comment la dresser.

Elle appela Draculine :

– Allô Draculine ! Je suis avec ma copine Emma, tu sais, ma copine une peu spéciale. Elle voudrait une chauve-souris comme animal de compagnie. Pourrais-tu lui en croquer une ?
– Oui, bien sûr. Venez chez moi tout de suite, je vais les sortir de leur grotte.
– C’est bon, Draculine a dit oui pour qu’on vienne chez elle. Comme ça, tu pourras moisir celle que tu voudras.
– Euh… d’accord.

Je n’étais pas très rassurée à l’idée de rencontrer les parents de Vampirette ou de Draculine, car les vampires, nous savons tous qu’ils boivent le sang des humains. Finalement, le chemin ne fut pas si dur. Une fois chez Draculine, je choisis une chauve-souris, en échange de mon bracelet rose, qu’elle trouvait trop beau. Draculine commença à m’expliquer comment la dresser. Je passais une épreuve pour l’apprivoiser. La chauve-souris se mit à m’attaquer. Finalement, sur les conseils de Draculine, je réussis à la calmer et à devenir amie avec elle.

Vampirette me dit :
– Dépêchons-nous, fuis-moi, nous allons aller dans mon rasoir, heu ! Dans mon manoir. Je dois aller à l’école, et toi, tu dois rentrer chez toi avant que mes parents ne se rendent compte de ta présence.

Le lendemain matin, après avoir passé une nuit blanche, la chauve-souris cachée dans le placard, ma mère entra dans ma chambre et, en observant le désordre, ouvrit l’armoire pour ranger toutes mes affaires. En voyant la chauve-souris, ma mère tomba dans les pommes et s’écroula par terre.

À son réveil elle me dit :
– Mais Emma, c’était pour plaisanter ! Dis à ta copine qu’elle peut te donner un chaton. Et tu laisses tomber la chauve-souris !
– Un coup tu dis oui, un coup tu dis non, faut savoir maman ! répondis-je.
– Mais enfin Emma, tu sais que j’ai la phobie des chauves-souris ! Jette-la par la fenêtre !

Ma mère sortit de ma chambre, et alla se reposer sur le canapé. Je fonçais vers l’ordinateur envoyer un message à Vampirette, sur SOSVampirette@manoir.brrr : “Viens vite, ma mère ne veut pas de la chauve-souris. Il faut que tu jettes un sort à ma mère pour qu’elle l’aime.”

– “J’arrive !” me répondit Vampirette.

Aussitôt dit, aussitôt fait, et Pouf ! La voilà dans mon placard, armée de ses lunettes protectrices contre les rayons du soleil.

– Alors, où est ta mère ? Tu vas voir, le sort va marcher cette fois-ci, et ta mère va adorer ta chauve-souris.
– Tu es sûre de toi ??? Sinon, elle va la jeter par la fenêtre.
– Sûre et cervelle, je te le promets.

Vampirette et moi allâmes voir ma mère qui se reposait toujours sur le canapé. Vampirette se plaça devant elle et lança le sort : “Un, deux, trois, réveille-toi… Les chauves-souris, tu adoreras.” Vampirette, une fois le sort lancé, prit ses jambes à son cou, fonça dans le placard, et disparut en un clin d’œil.

Quand ma mère se réveilla, elle se précipita vers ma chambre où se trouvait la chauve-souris, tellement impatiente de la câliner. Je la vis alors faire des choses très bizarres. Depuis ce temps, ma mère dort la tête en bas, les pieds accrochés à la tringle à rideaux, à côté de ma chauve-souris, et se nourrit d’insectes. Je crois bien que Vampirette s’est encore trompée de sortilège. Je vais devoir la rappeler…


2e prix 
École Jules Ferry, classe de CE2-CM1-CM2 de Madame Chloé Peters, Wihr-Au-Val (68).

J’avais à peine lâché la porte, que j’ai vu apparaître un trou sombre et tellement profond qu’on n’en voyait pas le bout. Puis Vampirette est arrivée. Elle m’a attrapé la main et j’ai glissé à toute vitesse sur un genre de toboggan. À un moment je n’ai plus rien senti sous mes fesses et j’ai atterri sur quelque chose de moelleux.

– Pour l’accueil : Bienvenue dans mon cercueil ! Bon on va pêcher, euh non, chercher ta chauve-souris ? a dit Vampirette tout excitée.
– Tu crois sérieusement que c’est une bonne idée ? Je ne suis pas une vampire tout de même !
– Mais si ! C’est comme un chaton en mieux ! Et surtout, c’est hyper original !
– Bon, d’accord, mais où est-ce qu’on peut en trouver ? Et comment je vais m’en occuper ?
– Ne t’inquiète pas, on va s’arranger avec Drakibus : c’est mon ami depuis toujours, et justement, il élève des chauves-souris ; il habite à trois cabrioles d’ici.

On est sorties dans la nuit et Vampirette m’a guidée jusqu’à une espèce de manoir. Arrivée devant la porte, elle a dit un mot de passe impossible à retenir et un garçon aux canines dorées et aux cheveux violets a ouvert.

– Salut ! Alors, c’est toi qui veux une chauve-souris ? Allez, on y va ! Il y en a pour tous les goûts, tu vas voir !
– Mais comment suis-je censée choisir ? J’y connais rien !– Tu me dis ta couleur préférée, ton caractère préféré et le tour est joué ! s’est exclamé Drakibus.
– OK, j’me lance : alors plutôt blanche ou violette si ça existe, mais surtout joueuse et affectueuse pour que je puisse lui faire plein de câlins, comme avec un chaton.

Drakibus a soufflé dans un sifflet bizarre et une adorable chauve-souris un peu dodue, noire tachetée de blanc, s’est approchée de lui.

– La voilà, elle est à toi !
– Ah, euh… merci ! Et je l’apprivoise comment ?
– Tiens, prends ce sifflet à ultrasons et il ne restera plus qu’à faire la danse des chauves-souris. Mais pour ça, je te conseille d’aller sur Vampi-tube pour l’apprendre.
– Allez, ce n’est pas tout, mais moi, il faut que j’y aille sinon, je vais être en retard à l’école.Alors, j’ai fait un gros câlin à ma copine pour lui dire au revoir.
– Salut Emma, tu vas me hanter, euh, je veux dire, tu vas me manquer ! À la prochaine !
– Salut ! Toi aussi tu vas me hanter !

Pour le reste je ne m’en rappelle plus vraiment. Tout ce que je sais, c’est que je me suis très vite endormie avec Sanglantine dans mon lit. Quand Maman est venue me réveiller le lendemain matin, elle a hurlé pendant au moins deux minutes.

– Une, une… ! Mais, qu’est-ce que cela fait là ?
– Ben c’est toi qui m’as dit de prendre une chauve-souris plutôt qu’un chat ! Tu ne te rappelles pas ?


3e prix 
École élémentaire Jules Ferry, classe de CM2A de Madame Zerbib-Dray, Cagnes-sur-Mer (06).

J’ai commencé à m’assoupir, quand, à 20h30 précises, tout s’est mis à trembler. Je me suis sentie aspirée… Je n’étais pas très rassurée…

– Salut, Emma ! on y rat… Euh… On y va ?

J’étais chez les vampires. Il faisait nuit noire, mais une intense activité régnait.

– Oui, je suis prête ! Je suis ravie de te voir ! Euh… de te boire !!!
– Très marrant ! Sympa, ton pull violet. C’est une bonne idée pour passer inaperçue. Mais, cela ne suffira pas. Mange ce bonbon.

Elle m’a tendu une espèce d’asticot gluant. Pas très appétissant, mais j’ai compris qu’il fallait que je l’avale. Mes oreilles sont devenues pointues et des petits crocs ont poussé dans ma bouche… Et je voyais comme en plein jour !!! Dans les ténèbres, je distinguais des magasins : Intertranché, Sans-four market, Super Bu… Vampirette m’a entraînée dans l’un d’entre eux. Des toiles d’araignées décoraient les étagères. J’ai lu une affiche : “Votre 2e produit sang pour sang gratuit.” Nous nous sommes dépêchées de rejoindre le rayon “Animaux domestiques”. Mon amie vampire était surexcitée. Elle m’a montré toutes sortes de chauves-souris.

– Tiens, moisis celle-ci. Elle est toute douce.

La bestiole a senti mon appréhension et m’a mordu le doigt ! Cela commençait bien !

– Oups ! Tant pis ! Pends celle-là ! Elle a l’air affectueuse.

Pas de chance ! La chauve-souris a fait mine de me câliner pour mieux me griffer !

– Aïe ! Désolée ! Je suis sûre que cette dernière te plaira, Emma. Elle est rigolote.

Je ne sais pas si c’est pour rire, mais l’agressivité dans son regard ne me dit rien qui v’ail ! Vampirette était navrée pour moi. Et l’heure tournait. Elle devait partir à l’école. J’ai décidé de l’accompagner pour la rassurer et pour découvrir l’univers de ma copine. Le chemin parcouru m’a paru semé d’embûches, alors que Vampirette virevoltait l’air de rien. Elle ne cessait pas de bavarder, à la recherche d’une solution à mon problème. Tout à coup, une idée lumineuse a surgi dans mon esprit ! Heureusement que la petite lumière n’est pas réellement apparue au-dessus de ma tête, sinon j’aurais été démasquée !!!

– Vampirette ! Je crois que j’ai trouvé !! Sais-tu te transformer en chauve-souris ?
– Sang aucune goutte ! Quelle question !
– Alors, tu vas m’aider !

Je lui ai expliqué mon plan…

– Vipère ! Alors, à demain, Emma !

Je suis rentrée chez moi. Les effets du bonbon se sont estompés et je me suis endormie. Le lendemain matin, j’ai prévenu ma mère que je passerai au magasin d’animaux domestiques après l’école. En rentrant pour déjeuner, je lui ai annoncé une super nouvelle :

– Maman ! Maman ! Regarde ! Je t’ai écoutée ! Le vendeur a bien voulu me confier cette superbe chauve-souris pour l’après-midi !
– Emma ! Qu’est-ce que c’est que cette horreur ? Ramène cette bestiole tout de suite ! Je plaisantais ! J’ai bien réfléchi. Je veux bien que Romane t’offre le petit chaton dont tu m’as parlé !

J’ai souri intérieurement. J’ai embrassé ma mère (qui a eu un mouvement de recul !) et je suis sortie en courant… À l’abri des regards, j’ai relâché la petite chauve-souris… et Vampirette est apparue !

– Bien joué, Emma ! C’était sangsationnel ! Sauf que ta mère a dit que j’étais horrible !
– Oui, désolée ! Un grand merci, Vampirette ! J’appellerai mon chaton Bat’ail !

Sur le même thème