Publié le 7 mai 2013

La lettre de Bayard Education n°15 – mai 2013

Au sommaire :

  • S’adresser à tous, oui, mais comment s’y prend-on ?
  • L’ ADN de la presse magazine jeunesse : une identité à redécouvrir pour un usage renouvelé. Par Murielle Szac, rédactrice en chef déléguée auprès du monde enseignant.
  • La mise en scène de l’Histoire dans les histoires. Par Aline Karnauch, agrégée de lettres modernes, professeur à l’IUFM d’Orléans-Tours.
  • 4 questions à Bertrand Fichou
  • Bertrand Fichou, rédacteur en chef du magazine Images Doc, nous dévoile comment la rédaction s’y prend pour transmettre des contenus historiques et documentaires aux enfants.

S’adresser à tous, oui, mais comment s’y prend-on ?

Certains enfants naissent au milieu des histoires et des livres, d’autres pas : les inégalités sociales et culturelles commencent là. Bien connaître son lecteur, bien le comprendre et surtout adapter les contenus
à son âge, à sa réception, à ses capacités cognitives sont les conditions indispensables pour rejoindre tous les enfants d’une même tranche d’âge. Pour cela, les équipes de rédaction ne se contentent pas d’une vision fantasmée d’un enfant imaginaire, seulement connu à travers des études marketing et des sondages, elles passent du temps au contact de leurs lecteurs, elles font un travail à mi-chemin entre journalisme et sociologie. Rencontres et lectures en classe, observations silencieuses, entretiens avec des spécialistes, des enseignants, des orthophonistes, des psys…

Tout est bon pour approcher au plus près la réalité complexe et multiforme de l’enfant d’aujourd’hui auquel la rédaction s’adresse. Reste, ensuite, à veiller, chaque jour, à convertir notre regard d’adulte en regard d’enfant. Ainsi, en toute petite enfance, un travail de fourmi, invisible, est à l’oeuvre pour que les textes et les images soient recevables et fluides. Pour que l’enfant qui commence à entrer dans la langue du récit soit accompagné en douceur et s’y sente à l’aise. Parce que si une histoire ne prend pas en compte la lisibilité nécessaire pour qu’un enfant qui démarre dans la lecture puisse la recevoir, alors certains enfants se détourneront de l’histoire et seront mis en échec avant même d’avoir commencé à lire. Mais si, au contraire, tout coule, en harmonie, c’est le plaisir, l’émotion, le rire et l’envie d’y revenir assurés… Pari gagné !

 

Sur le même thème