Publié le 10 juin 2015

La Lettre de Bayard Education n° 21 – juin 2015

A découvrir avec cette Lettre :

  • Enseigner l’anglais selon une approche actionnelle
    Interview de Charlotte Thomas, professeur formatrice à l’ESPE de Paris (Paris IV-Sorbonne).
  • Apprendre à penser, première mission de l’école
    Interview d’Isabelle Duflocq, co-auteur de la mallette pédagogique Les ateliers de philosophie, Bayard Éducation.
  • « Avec le kamishibaï, l’image reste l’héroïne de l’histoire ».
  • Interview de Anne Quesemand et Laurent Berman.

Des enfants acteurs, pas des consommateurs…

Ne pas avoir des élèves passifs, ne pas avoir des lecteurs passifs : nos objectifs sont une nouvelle fois communs lorsqu’il s’agit de ne pas transformer les enfants en de simples consommateurs de culture et de savoirs. « Apprendre à penser et réfléchir devient la première mission de l’école dans un contexte national marqué par des actes de terrorisme perpétrés contre les êtres et les idées », nous rappelle l’auteur de notre mallette pédagogique

Les ateliers de philosophie (voir p. 4-5) à propos des ateliers philos qui se répandent comme traînée de poudre dans les écoles. C’est bien notre mission également, celle que nous endossons au quotidien en privilégiant le sens et la mise en réflexion de nos lecteurs au fil de nos parutions. Lorsque nous inventons le petit théâtre kamishibaï de Tralalire(voir p. 5), c’est une lecture interactive et participative que nous suscitons. Et lorsque nous innovons avec une méthode pour apprendre l’anglais entièrement numérique (voir p. 2-3), l’idée est bien de tirer parti du numérique pour proposer une nouvelle approche de l’apprentissage de l’anglais propre à multiplier les interactions langagières et à favoriser une pédagogie actionnelle. Nous devons plus que jamais accompagner les enfants à devenir acteurs de leurs apprentissages.

Murielle Szac, rédactrice en chef, déléguée auprès du monde enseignant.

Sur le même thème