Publié le 8 avril 2017

Découvrir la structure et la spécificité d’un magazine

Les magazines jeunesse sont des « objets à lire » spécifiques qui appellent une modalité de lecture particulière. Ils peuvent donc être des outils au service des apprentissages, pour peu qu’on permette aux élèves d’en découvrir les codes et usages.

 

Dans cet article, Agnès Perrin développe une piste pédagogique destinée aux cycles 1 et 2, avec les magazines d’histoires. Une seconde piste, avec les revues documentaires, et adaptée aux cycles 2 et 3, est exposée dans l’article complet (en pièce jointe).


Dès la maternelle, distinguer le magazine du livre

Cette première entrée dans la découverte d’un magazine peut s’installer dès la maternelle. Elle se fera en priorité sur des revues qui associent des histoires à d’autres rubriques (comme Tralalire, Pomme d’Api ou Belles Histoires) afin d’établir des comparaisons avec le livre et notamment l’album. Si le travail n’a pas été conduit en maternelle, il est indispensable de l’installer au cours du CP dans le cadre de l’acculturation au monde de l’écrit.


Privilégier un travail en petits groupes

En maternelle, afin que les élèves puissent manipuler les livres et les magazines, préférer une organisation en petits groupes. Installer cette activité alors que les élèves sont déjà familiarisés avec le magazine par des lectures et un travail sur les textes. Ils ont déjà rencontré les personnages récurrents, ils savent les nommer (comme Lou le loup ou SamSam).


Profiter de l’effet série du magazine

Disposer sur une table différents livres déjà bien connus des élèves (livres lus en classe) et plusieurs numéros de la revue travaillée. Faire identifier les livres en demandant aux élèves de les retrouver à partir d’éléments de l’histoire ou des personnages (consigne comme : « Trouve le livre qui raconte l’histoire de…»). Les mettre de côté. Durant ce travail faire repérer l’ouvrage dans lequel on trouve les histoires de SamSam ou Lou le loup. Les élèves vont en principe en citer plusieurs. Le faire observer. Initier un échange sur la question des aventures du personnage. On peut éventuellement faire un parallèle avec des albums constituant une série (comme «La famille cochon» de Marie- Agnès Gaudrat ou «Foufours» de Gérald Stehr). Terminer en faisant identifier les numéros des revues à partir des grandes histoires.


Une grande histoire et d’autres récits

Amener ensuite les élèves  s’interroger sur le contenu des albums : il n’y a qu’une histoire. Puis du magazine : il y a plusieurs histoires, mais aussi d’autres écrits. Avec les plus jeunes élèves, conclure sur l’idée que dans un magazine, contrairement à l’album, quand on a fini l’histoire on peut encore lire d’autres choses : des petites histoires en images, des comptines, faire des jeux (avec Pomme d’Api, par exemple).


A privilégier en grande section

En grande section, on peut aller encore plus loin et dresser une liste plus exhaustive et structurée par un affichage :
• des rubriques récurrentes (tenir un tableau mensuel des aventures des personnages récurrents qui décrit leurs aventures, leurs rencontres, etc.) ;
• des histoires ;
• des autres rubriques comme les comptines ou les pages plus scientifiques ;
• et pourquoi pas de la présence de publicité si on a travaillé cette question dans la classe.


Pour le CP ou le CE1

En CP ou CE1, le travail s’effectuera par un feuilletage des magazines et une lecture sélective des titres ou des intitulés de rubriques. On demandera alors aux élèves d’observer tout ce que l’on peut trouver dans un magazine, puis tout ce qui revient d’un magazine à l’autre. On dressera une liste des rubriques et on proposera une comparaison entre le magazine et l’album.

Lire la piste destinée aux cycles 2 et 3 dans le document complet (ci-dessous).

Par Agnès Perrin, agrégée de lettres modernes, professeur à l’IUFM de Créteil.

Sur le même thème