Publié le 9 janvier 2013

Quand un illustrateur et un magazine se rencontrent

Éric Battut est un talentueux auteur-illustrateur dont les nombreux albums publiés chez différents éditeurs (de Didier Jeunesse à Rue du Monde en passant par Autrement et bien sûr Bayard Jeunesse) rencontrent un grand succès. L’occasion d’interroger Marie-Hélène Gros, responsable éditoriale de Tralalire, à propos de ce compagnonnage.

 


Éric Battut a créé Grosse Patate pour Tralalire (février 2012), mais ce n’était pas sa première création originale pour le magazine…

Oh non, notre compagnonnage a commencé en 2002 : Éric avait illustré une histoire écrite par Sylvie Poillevé qui s’appelle Le petit chasseur de bruits. Grosse Patate est sa septième histoire pour nous…


Qu’est-ce qui vous a donné envie de collaborer avec lui ?

C’est le travail de la couleur qui m’a touchée en premier. Tout d’abord le rouge ou l’ocre omniprésent de ses fonds d’images, brossés et re-brossés énergiquement au pinceau d’une autre couleur, mais qui toujours réapparaît en vibration sous la surface.

Puis, sa façon singulière de travailler justement la surface des choses, de la gratter presque, pour en faire ressortir les aspérités, ces rugosités qui donnent une profondeur aux histoires de la vie. Par petites touches plus légères, Éric raconte ensuite avec ses blancs, ses bleus et ses noirs les thèmes essentiels de la vie, sans jamais les « lisser ». Ses textes courts rythment la voix, portent l’essentiel. Les enfants ne s’y trompent pas.


Vous vous adressez à des enfants entre 2 et 5 ans, comment savez-vous qu’ils apprécient ?

Notre spécificité en presse, c’est de toujours mettre notre lecteur au cœur : notre mission est de rester en empathie avec le tout-petit. J’ai pu voir comment Éric était proche du vécu des jeunes enfants, au cours des nombreuses lectures de ses histoires dans les écoles. Les petits y retrouvent les grandes et petites peurs qu’ils doivent quotidiennement affronter : peur du docteur, peur de la rentrée, peur d’aller à la rencontre de l’autre. Peur de l’inconnu, forcément différent !

Mais quand Éric fait se rencontrer un éléphant maladroit et un escargot fragile, ou un chat et un chien, ils finissent par s’apprécier et cela justement parce qu’ils sont différents. Ses histoires se lisent comme de voyages, étape après étape, et s’achèvent toujours le sourire aux lèvres. Avec respect et un sens aigu de l’enfance, Éric montre la vie dans son extraordinaire complexité… à hauteur d’enfant.


Ne redoutez-vous pas la monotonie en travaillant aussi souvent avec le même créateur ?

Impossible ! Éric ne cesse de me surprendre par sa créativité : papiers découpés, ombres chinoises, encre
sur kraft… chaque enveloppe qui apporte une histoire à la rédaction est la promesse d’une vraie surprise. Éric s’est saisi de la grande liberté d’expression qu’offre un mensuel (avec un nombre de pages variable pour les histoires et une ouverture à des genres différents) pour s’essayer, souvent avec beaucoup d’humour, à de nouveaux styles graphiques et de nouveaux genres littéraires. Il fait partie de ces artistes qui offrent le meilleur aux petits.

Marie-Hélène Gros, responsable éditorial de Tralalire, nous raconte l’aventure commune avec Éric Battut.