Publié le 10 août 2008

Les gagnants du concours J’Aime écrire 2015

Bravo aux classes qui ont joué le jeu et proposé une suite à l’histoire de Yann Barnabot « Les naufragés du bus ». Que d’imagination et de talent collectif ! Le jury a délibéré longtemps pour vous départager…

Découvrez la liste des classes gagnantes et les textes qui ont remporté les trois premiers prix…

 


Et pour découvrir l’histoire telle que l’auteur l’avait imaginée, c’est dans le numéro de mars de J’Aime Lire !

Le 1er prix revient aux CE2 de la Classe de Mme Agnès Dejean, école primaire La Magdelaine, Marmande (47) :

Matt détache sa ceinture de sécurité et bondit dans l’allée.

-Sandy ! J’ai déjà vu ça chez moi l’an dernier, dans le Kansas ! C’est une tornade !

La conductrice arrête brusquement le car. Il n’y a pas d’autre véhicule sur la route.

-Tu es sûr ? demande-t-elle en fronçant les sourcils.

Matt n’a pas le temps de répondre ; Brian vient de les rejoindre :

-Regardez à gauche ! Ce tourbillon !

-Justement ! dit Matt. C’est ça, une tornade ! Il ne faut pas rester dans le bus. Il faut se cacher, dans un abri, ou dans un fossé !

-Il n’y a pas d’abri par ici, grommelle Brian. Pas de fossé non plus ! Par contre, on peut descendre au bord du ruisseau. J’y viens souvent avec mon grand-père. Il y a de la place pour se garer, et le talus nous protègera ! Regarde, Sandy : le chemin est juste ici !

La conductrice n’a pas le choix : la tornade semble foncer droit sur eux ! Elle conduit le bus dans le chemin qui descend. Ca saute, c’est plein de trous et de cailloux. Le véhicule est à peine à l’abri du talus, qu’un sifflement effroyable se fait entendre, puis s’éloigne.

-C’était quoi ? Demande Brian.

-La tornade ! S’écrie Sandy. Elle est passée juste au dessus de nous ! Ouf !

-Sandy ! Je vois l’eau par la fenêtre ! crie soudain un enfant de maternelle.

-Oh non ! se lamente Matt. Le ruisseau a débordé et monte très vite ! Si on reste dans le bus, on…

-Pas de panique souffle Sandy. N’affolez pas les plus petits ! J’appelle immédiatement les pompiers ! Ils vont nous sortir de là !

-En attendant, on va monter sur le toit en ouvrant la trappe du plafond, décide Matt.

Dix minutes plus tard, tous les enfants sont allongés sur le toit.

-On est super bien ici ! Ouvrez grand les yeux ! Le premier qui voit arriver les pompiers a gagné ! déclare Brian pour encourager les petits.

-Allez Sandy, il n’y a plus que toi. Dépêche ! L’eau monte toujours !

-Désolée, les enfants ! Mais je reste dans le bus, comme le capitaine d’un navire.

-T’es pas un peu folle ! Monte vite toi aussi !

-Je ne peux pas ! Je suis trop lourde, il y a longtemps que je n’ai pas fait de gym, il faudrait que quelqu’un me pousse d’en bas pour m’aider ! Ne vous inquiétez pas pour moi, mes loulous.

-Oh ! Crie un tout petit. Les pompés ! C’est moi qui gagne !

-Qu’est-ce qu’il raconte ? grogne Brian. C’est quoi des pompés ?

-Les pompiers ! Les pompiers ! Ils arrivent dans une barque !

Matt et Brian penchés au-dessus de la trappe, saisissent avec émotion les mains tendues de Sandy.

-On est sauvé, mes loulous ! Murmure leur amie. Et ça, grâce à vous !


Le 2ème prix revient à la Classe de CM1 de Mme Nathalie Beaudé, école primaire de Saint Martin de Bernegoue :

Une pluie diluvienne inonde la route, les éclairs aveuglent Sandy et des bourrasques continuent de pousser le bus de tous les côtés. Les enfants sont très inquiets. Matt sent qu’il va se produire quelque chose. Tout à coup, il y a une rafale plus forte que les autres et Sandy perd le contrôle, elle ne peut éviter une énorme ornière formée par la pluie… Le bus dérape puis glisse vers un profond fossé sans qu’elle puisse le maîtriser ! Elle freine de toutes ses forces mais le véhicule finit sa course en équilibre : les roues avant se sont enfoncées dans le talus tandis que l’arrière du bus est à moitié sur la route, à moitié dans le vide ! C’est la panique ! Les enfants sont terrorisés, Sandy leur demande de rester calmes et de venir à l’arrière du bus pour éviter que le car bascule plus ou qu’il s’enfonce davantage. Les petits se mettent à pleurer. Matt et son ami Brian essaient de les consoler.

Soudain, Matt s’aperçoit que Sandy est blessée : elle a reçu un éclat de tableau de bord dans la cuisse. Elle tente d’appeler les secours mais il n’y a pas de réseau ! Matt dit à Sandy :

-Tu es blessée ! On va être obligés de rester dans le bus toute la nuit ?

-Ne t’inquiète pas. Je vais d’abord essayer d’ouvrir l’une des portes, répond Sandy en se levant difficilement.

Elle s’approche de la porte mais subitement s’évanouit ! Tous les enfants s’affolent : la tempête redouble de violence et il n’y a plus d’adulte pour les rassurer. Matt garde son sang froid, couvre Sandy puis essaie à son tour d’ouvrir une porte. Celle-ci est bloquée ! Tout autour d’eux, la route a disparue sous la pluie. Matt et Brian discutent à voix basse avant de prendre la parole. Matt explique aux autres :

-Il va falloir surmonter notre peur. Je crois que nous allons devoir dormir dans le bus en attendant les secours. C’est trop dangereux de sortir maintenant.

-Avant, nous allons partager la nourriture que nous avons. Avec Matt nous allons rassembler ce que nos parents nous ont donné pour que chacun de nous puisse manger, ajoute Brian.

Matt et Brian vont récupérer tous les sacs, regroupent toute la nourriture et la distribuent équitablement. Les enfants affamés se taisent quelques minutes puis, la bouche pleine, des petits continuent à sangloter en réclamant leurs doudous. La nuit tombe, les enfants ont très froid, faim et certains pleurent pour revoir leurs parents. Heureusement, Sandy a repris ses esprits et essaie de trouver une autre solution pour appeler les secours. Sous son fauteuil, elle trouve un téléphone d’urgence satellitaire dont elle avait oublié l’existence. Elle réussit à joindre les secours mais les ambulances ne peuvent pas se déplacer car la route est coupée en deux par les inondations. Exténués, des enfants se sont déjà endormis, serrés les uns contre les autres, le pouce dans la bouche. D’autres, trop angoissés, ne trouvent pas le sommeil et imaginent l’inquiétude de leur famille. Certains chuchotent, des blagues ou des devinettes pour passer le temps et essayer de ne plus entendre les rafales de vent.

A l’aube, la pluie et la grêle s’arrêtent. Matt, qui n’a pas dormi de la nuit, est le premier à entendre un bruit de moteur qui se rapproche. Deux hélicoptères de pompiers arrivent et accrochent des câbles à l’arrière et à l’avant du bus pour le dégager du fossé. Les enfants sont sauvés ! Ils peuvent maintenant sortir du bus. Les yeux tout ensommeillés, ils ont du mal à réaliser que le cauchemar est enfin terminé. En sortant, Matt soulagé, dit à Brian avec une pointe d’humour :

-Tu sais, la prochaine soirée pyjama, on la fera plutôt chez moi…


Et enfin le 3ème prix revient à la Classe de CE1/CE2 de Mme Thuillier, de l’école Jean Monnet, à Villers sous Saint Lieu:

Le bus vibre, anormalement sous les rafales de vent. Les enfants ont peur à part Brian qui est brave. Un énorme éclair tombe subitement sur la route devant le bus. Sandy freine brusquement. Les enfants sont violemment propulsés vers l’avant. Matt s’accroche au siège devant lui. Son cœur bat très vite. Le bus dérape. Une glissière le long de la route stoppe le bus. Sandy se lève toute tremblante et va voir les enfants. Matt prend son courage à deux mains. Avec Brian, il aide les plus petits à se relever.

Brian jette un coup d’oeil par la fenêtre. Il aperçoit du brouillard qui enferme petit à petit le bus dans une nappe sombre.

-Sandy, tu as vu ça ?

-Qu’y a-t-il, Brian ? dit-elle en se relevant. Sandy devient toute pâle. Flûte de flûte, avec le brouillard, ce n’est pas malin !

-J’ai trouvé ! s’exclame soudain Matt.

-Super ! crient les enfants.

-Quelle est ton idée ? demande Sandy.

Matt répond :

-J’aime inventer des choses. Aujourd’hui, j’ai montré une de mes inventions au maître. C’est un aspiratoir. Ca sert à aspirer des feuilles, de la poussière, les ordures… Si je le bricole un peu, il pourra peut-être aspirer le brouillard.

Matt sort l’aspiratoir de son sac avec son couteau suisse. L’aspiratoir ressemble à une balle de tennis avec une mignonne petite trompe enroulée autour de l’appareil. Il brille d’une couleur argentée. Brian et Sandy voient plusieurs boutons côte à côte : un bouton violet pour aspirer les feuilles, un bouton jaune pour la poussière, un bouton orange pour les déchets et un gros bouton rouge.

Matt explique :

-Je n’ai jamais testé ce bouton rouge.

Il dévisse l’aspiratoir et l’ouvre. A l’intérieur, il y a plein de fils de la même couleur que les boutons.

-Quel est le bon fil ? demande Brian.

-Je n’en sais rien, répond Matt.

-Regarde, dit Sandy, un fil rouge n’est pas branché. C’est peut-être le bon ?

Brian ajoute :

-On n’a qu’à tester. De toute façon, on n’a pas le choix.

Les enfants l’encouragent. Matt branche le fil rouge sur le bouton rouge. Il referme l’aspiratoir et le bouton s’allume.

-Pourvu que cela fonctionne !

-Pourvu que cela n’explose pas !

Matt descend rapidement du bus et appuie sur le bouton. Les enfants collent leur nez aux vitres. Ils frissonnent et se demandent si ça va marcher. Un grand laser rouge sort de l’aspiratoir et découpe le brouillard en mille morceaux. Matt aspire les morceaux de brouillard.

-Ouais !!! crient les enfants.

Le brouillard a disparu, la pluie s’arrête, le vent se calme, un grand arc-en-ciel apparaît.

-La route est dégagée ! s’exclame Sandy.

Elle appelle l’école pour prévenir les parents que tout va bien.

– Personne n’est blessé. Nous sommes en route. C’est extraordinaire.

Par Murielle Szac.