Publié le 6 décembre 2016

Le débarquement : comment Images Doc a choisi de le traiter

Pour le mois de juin, Images Doc, qui s’adresse aux enfants de cycle 3, a choisi de consacrer son numéro au 70e anniversaire du débarquement de Normandie. Une occasion pour nous de détailler les choix de narration et de mise en scène. Car ce type de ressources est souvent négligé en classe. Elles ont pourtant un vrai rôle à jouer lorsqu’elles sont intégrées à une séquence d’Histoire.


Une rubrique qui contextualise, le Maxi doc : la rédaction a choisi de traiter le jour d’avant le jour J pour contextualiser le débarquement. Trois personnages sont mis en scène : une fillette française dans un village, un soldat allemand dans le même village et un soldat anglais de l’autre côté de la Manche, au même moment.


Des images fléchées, des mots expliqués, des photos, une chronologie et des titres qui privilégient l’humain – « Françoise a peur des bombes », « Gunther surveille la mer », « John va sauter en parachute » – sont autant d’éléments mis en place autour du processus d’identification avec les personnages. « En se projetant dans la peau de la petite Françoise qui a leur âge, nos lecteurs sont conduits en douceur vers les apprentissages. Nous traitons très fréquemment les personnages historiques en partant des enfants, soit le héros lorsqu’il était petit, soit des enfants qui l’entourent, par exemple un enfant qui travaille au château de Versailles pour parler de Louis XIV », explique Pascale Bouchié, rédactrice en chef adjointe d’Images Doc.


le débarquement dans Images DocUn dépliant : une très grande image légendée, « Le jour J ». Le récit de la journée du 6 juin 1944 se joue en trois temps : l’approche des côtes normandes, le débarquement sur la plage, les terribles combats sur Omaha Beach. Le suspens et l’effet de surprise à l’ouverture du dépliant encouragent le lecteur à plonger dans une image très riche pour mieux comprendre.


Une bande dessinée pour raconter la bataille de Normandie en prenant comme personnages principaux deux frères, Bob et Jim, soldats américains. Le bataillon américain est suivi jusqu’à la libération de Paris. La BD se prolonge par une page avec de l’icono d’époque. « Après avoir lu la BD, les enfants sont en demande de contextualisation et les documents que nous proposons en complément apportent des réponses à des questions qu’ils se sont posées en lisant la bande dessinée, ils arrivent au bon moment, en écho à une réelle inter-rogation », précise Pascale Bouchié.


Une enquête en photos : Jean-Sébastien, 11 ans, retourne aujourd’hui sur les lieux du débarquement. Il enquête avec une association qui fait revivre le passé et visite la plage d’Utah Beach, le cimetière américain de Colleville, la plage du Hoc, avec des figurants costumés en uniformes de l’époque. Le tout est raconté comme un roman-photo.


Une interpellation au lecteur dans les pages « Courrier » : « Dis Papi, Mamie, c’était comment la guerre ? » Les lecteurs ont été sollicités pour questionner leurs grands-parents ou arrière-grands-parents sur leurs souvenirs : « Ma grand-mère se souvient que les Américains qui ont débarqué en France lui ont offert un chewing-gum. C’était la première fois qu’elle en mangeait », « Mon grand-père a dû porter l’étoile jaune parce qu’il était juif. Sa grand-mère a été arrêtée et déportée »…

 

par Murielle Szac, rédactrice en chef auprès du monde enseignant.

Sur le même thème