Publié le 21 décembre 2016

L’usage d’un TNI pour modifier l’enseignement de l’Histoire à l’école primaire

par Stéphane Coutellier-Morhange, maître-formateur, directeur de collection des ressources numériques pédagogiques de Bayard Éducation.

Comment favoriser une démarche d’historien et des pratiques pédagogiques efficaces ? L’usage d’un TNI peut être un apport significatif dans ces deux domaines. Voilà pourquoi Bayard Éducation a favorisé la conception de packs de ressources permettant à l’enseignant de travailler dans cette direction. Explications et analyse par le responsable pédagogique du Pack de ressources numériques « Histoire et Histoire des Arts » pour le cycle 3. Parce que l’Histoire n’est pas seulement une discipline à enseigner, elle est le socle qui construit les citoyens de demain.

 

On sait bien que pour enseigner l’Histoire aujourd’hui, la démarche pédagogique consistant à délivrer d’emblée un cours magistral n’est ni suffisante ni pertinente. La masse d’informations que reçoivent les élèves, via différents canaux (Internet, vidéos, télévision…) les met dans une situation de « remplissage » sans leur donner les clés d’usage pour discriminer, trier, faire du sens et, surtout, sans les mettre en appétit de connaissance.

Partir du questionnement des élèves

Il est nécessaire, avant de leur apporter des éléments, de partir d’abord de leurs questionnements. Il s’agit donc de provoquer des situations de recherche et des situations problèmes, à partir d’une image complexe et non légendée, d’une question ouverte ou de documents contradictoires. L’enseignant fait alors émettre des hypothèses aux élèves et déroule ensuite le scénario pédagogique en apportant des réponses aux hypothèses, à la fois par des documents qu’il propose et par un complément magistral. On a ainsi une articulation entre questionnement/recherche des élèves et réponses des documents/de l’enseignant. On a également une alternance entre travail individuel, de groupe et collectif, pour une plus grande efficacité.

La démarche en Histoire, elle aussi, a grandement évolué. Il s’agit aujourd’hui de mener une démarche d’investigation. Les élèves doivent être amenés à caractériser et confronter une multiplicité de sources pour construire la connaissance historique. L’enjeu est de leur permettre, d’une part de commencer à analyser les événements en termes de causes et conséquences, d’autre part d’introduire une compréhension de la vie et des mentalités d’une époque.

Des situations dans lesquelles l’enfant peut se projeter

Le choix spécifique de notre équipe pédagogique au niveau de l’école primaire est de favoriser le contact entre l’élève et le document par des styles graphiques issus de nos magazines jeunesse et des situations dans lesquelles il peut se projeter (les journaux intimes d’enfants dans la guerre, l’histoire d’Awa, petite fille esclave, le Facebook de François Ier…). Pour répondre aux exigences croisées de cette démarche pédagogique et de cette démarche historique, l’usage d’un TNI est hautement pertinent.

Avec un tableau numérique interactif, l’enseignant peut construire ses séquences et proposer un nombre important de documents de qualité. Il peut surtout varier le type de document sans être limité par le nombre de pages : utiliser des sources iconographiques primaires (des documents d’époque, tableaux, photos…) ou secondaires (images conçues par les illustrateurs qui travaillent pour les magazines), textes, schémas, cartes, graphiques, tableaux, vidéos… Cette multiplicité favorise les liens et les comparaisons.

La loupe et le crayon magique

La taille de l’affichage et les outils du TNI permettent une recherche collective à partir de ces documents : pointage et mise en évidence (loupe ou crayon magique) pour attirer l’attention sur une partie du document, capture partielle d’écran pour récupérer des éléments caractéristiques ou illustrer le vocabulaire, annotation, placement d’étiquettes et documents à compléter pour une meilleure compréhension, détourage d’objets pour créer rapidement des schémas… L’enregistrement du fichier TNI modifié fait office de mémoire de la classe et peut être réutilisé au moment opportun, soit pour remémorer la séance précédente, soit pour réactiver des connaissances plusieurs semaines ou des mois plus tard.

Il est certain que l’attrait de l’outil lui-même et son usage intuitif par tous les élèves favorisent la captation de leur attention et une plus grande concentration de leur part. Mais cet effet sera limité et n’apportera aucune plus-value en termes d’apprentissages, si, derrière, les activités proposées ne sont pas réellement motivantes. Il est donc indispensable de concevoir des scénarios pédagogiques dynamiques qui favorisent une participation active. C’est ce que nos auteurs des packs de ressources Culture humaniste et Histoire-Histoire des Arts se sont employés à proposer pour chaque séquence. Vous pouvez visionner plusieurs vidéos tournées en classe sur le site :

www.bayard-education.com :

  1. une séance sur les Gaulois, en CE2 ;
  2. une séance sur les élections, en CE2 ;
  3. une séance sur le travail des enfants au XIXe siècle, en CM2 ;
  4. une séance sur Vincent Van Gogh, en CM2.

De plus, et pour conclure, les logiciels de TNI permettent d’afficher le déroulé de la séance sous forme de « chemin de fer », c’est-à-dire de visualiser de manière réduite les pages contenant les documents. Cela permet à l’enseignant d’anticiper les besoins en amont, en créant des chemins possibles de construction des connaissances, mais cela lui permet surtout de modifier ces chemins « à la volée », en fonction des réactions et des avancées de la classe. L’enseignant ayant l’intégralité de son cours dans le fichier affiché, il peut être au plus près des besoins et nécessités de ses élèves et rebondir au moment opportun pendant son cours.